Ma mission de vie: comme une évidence!

Ce que je m’apprête à partager avec toi va bien au-delà de ce à quoi je m’attendais en débutant cette quête de mission de vie.

Si l’on m’avait dit que le troisième article sur mon blog parlerait de ce que je m’apprête à te parler, je n’y aurais pas cru. J’aurais peut-être même rigolé en me disant qu’il y a vraiment peu de chances que ce type de sujet soit abordé ici.

Dans quel contexte débute cette quête de ma mission de vie?

J’ai prévu de partager pas mal de choses avec toi sur ce blog.
Cela dans un ordre logique (pour moi) en rapport avec mon chemin parcouru depuis le burn-out. L’objectif étant de lâcher-prise, de partager, d’accepter et aider les personnes qui vivent cette épreuve.

Dans cet article, je m’écarte vraiment de ce que j’avais prévu d’écrire ces derniers jours … (d’ailleurs, j’ai mis un peu de temps avant de le poster) mais cette révélation va clairement impacter ma vie donc, c’est parti!
Voici un bref résumé du contexte qui m’a conduit petit à petit à la quête de ma mission de vie :

Je vis mon deuxième burn-out.
Vivre un burn-out, c’est difficile.
Vivre un deuxième burn-out, c’est terrible. C’est un échec cuisant ! Comme si ton premier burn-out ne t’avait finalement rien apporté.

« Tu n’as rien appris »
« Quand vas-tu retenir la leçon ? »
« Tu n’es finalement pas aussi forte que tu le penses »
C’est ce que je pensais de moi.

Puis, n’étant pas du style à m’apitoyer longtemps sur mon sort, j’ai décidé de reprendre le contrôle.
OK, le burn-out a frappé à ta porte une deuxième fois.
OK, ce que tu as retiré de cette première expérience n’est pas suffisant à ton équilibre.
Maintenant, que feras-tu différemment ?
J’ai donc décidé d’aborder cette rémission du burn-out sous un angle totalement différent de celui utilisé précédemment.

Cela débute avec 4 questions fondamentales.

En quête de ma mission de vie.
Femme assise de profil sur une pierre, en pleine nature, la tête penchée sur un livre.

Qu’est-ce-que je ne veux pas?

Qu’est-ce-que je veux?

Quelles sont mes forces?

Qui suis-je?

J’ai décidé de m’engager sur le chemin de la rémission en débutant par un questionnement approfondi de soi.
Il me fallait donc répondre à ces 4 questions essentielles pour partir à la découverte de moi-même.
Évidemment, ce ne fut pas simple.
Je me suis vite retrouvée bloquée, à tourner en rond. Il était facile de savoir ce que je ne voulais pas. Mais, pour les trois autres questions, ce fut bien plus compliqué.

Je me suis rendu compte que ma raison avait bien une idée de ce qui était bon pour moi, mais, au fond de moi, je savais que ce n’était pas ma raison que je devais écouter.

Une des premières étapes a donc été de faire taire ma raison.
Pour cela, j’ai mis en place différentes pratiques dans mon quotidien.
Je t’explique tout cela dans l’article précédent.

En quête de ta mission de vie question n°1 : qu’est ce que tu ne veux pas?

Tout comme moi, peut-être, est-ce facile pour toi de répondre à cette question?
Cela demande un minimum de rétrospective. Regarde ton passé et pose-toi ces questions :

question 1 pour la quête de ta mission de vie : qu'est ce que je ne veux pas?
(panneau wrong way)

Dans quelles circonstances as-tu été malheureuse ?

Qu’est-ce qui t’impacte le plus négativement autour de toi ?

Quelles sont les actions qui te volent le plus d’énergie ?

Ce n’est pas la partie la plus agréable de l’exercice, car focaliser sur ce qui ne s’est pas bien passé dans ta vie peut faire remonter des sensations pas très agréables comme la colère ou la tristesse.

En quête de ta mission de vie question n°2 : qu’est-ce que tu veux?

Pour répondre honnêtement à cette question, il faut vraiment faire taire ta raison.
Ta raison a une idée précise de ce qui est bon pour toi, de ce que tu as prévu. Mais, peut-être qu’elle se trompe …

question 1 pour la quête de ta mission de vie : qu'est ce que je veux.
(femme qui peut choisir entre une porte bleue et une porte rouge)

Dans quelles circonstances as-tu été heureuse ?

Qu’est-ce qui, autour de toi, t’impacte positivement ?

Quelles sont les actions qui te donnent de l’énergie ?

Si demain, tout est possible, qu’aimerais-tu vivre ?

Si tu disparaissais demain, que regretterais-tu ?

En quête de ta mission de vie question n°3: quelles sont tes forces?

Pour cette question, sors de tes compétences professionnelles et de tes diplômes. Ce sont tes forces au sens large. Par exemple : la joie de vivre, la créativité, l’organisation, etc.

question 3 pour la quête de ta mission de vie : quelles sont mes forces?
(femme soulevant un poids à la salle de sport)

Qu’as-tu accompli avec fierté ?

Pourquoi les gens t’ont-ils déjà remerciée ?

Identifie ce qui te paraît simple et pourtant, d’autres trouvent cela si compliqué.

En quête de ta mission de vie question n°4 : qui es-tu?

Comme pour moi, ce sera probablement la question la plus difficile à laquelle tu devras répondre.
Dans nos pays occidentaux, le « je suis » se confond avec le « je fais ».
« Qui es-tu ? Je suis comptable ou je suis infirmière ou je suis technicienne de surface. »
Ce n’est évidemment pas la réponse que tu cherches ici.

question 4 pour la quête de ta mission de vie: qui suis-je? (femme tenant une grande feuille devant son visage)

Quelles sont les caractéristiques qui te définissent le plus ?

Plonge dans ton enfance. Qu’aimais-tu faire ? Que rêvais-tu ?

Combine ces caractéristiques avec les réponses aux trois questions précédentes et tu trouveras qui tu es, ce qui est important pour toi et ce qui te donne de l’énergie. En découlera ta mission de vie.

Par exemple : je suis bienveillante, empathique et respectueuse. J’aime apporter mon aide aux autres et j’aime les voir s’épanouir. À plusieurs reprises, j’ai déjà été remerciée pour mon écoute et mon soutien. Je suis investie et passionnée. C’est pourquoi mon travail doit être en total accord avec mes valeurs.

Dans cet exemple, la mission de vie touchera à l’aide aux personnes.

Tu as trouvé ta mission de vie et après?

Une fois ta mission de vie trouvée tu as le choix.

Tu peux décider de garder un travail alimentaire et de consacrer du temps les soirées ou les week-ends à ce qui t’anime.

Tu peux aussi décider que vivre ta mission de vie à plein temps est primordial pour toi et partir en quête d’une profession qui y répondrait pleinement.

J’ai dès lors entrepris de petites actions régulières pour m’engager petit à petit sur ce que j’appelais ma mission de vie, c’est-à-dire une activité dans laquelle j’allais pouvoir être moi-même. Une activité où je m’épanouirai et me sentirai pleine d’énergie.
C’est déjà un magnifique objectif, mais j’étais loin d’imaginer le sens que tout cela allait prendre.

Et si la mission de vie était bien plus que ce que je pensais?

Chaque matin, je pratique les visualisations (je t’en parlerai plus en détail dans un prochain article.)
En résumé, tu te visualises dans une situation vers laquelle tu souhaites te diriger et tu ressens les émotions que cette situation te procure (positives de préférence sinon passe à autre chose 🙂 ). Il a, en effet, été démontré que ton cerveau mettra plus facilement en place les différentes actions pour tendre vers cette situation sachant que cela te procure des émotions positives.

Un jour, alors que je pratiquais cette visualisation, j’ai été envahie par une étrange sensation que je n’avais jamais ressentie auparavant.

Révélation de ma mission de vie.
Femme de profil. Corps et âme semble se dissocier.

J’ai eu la sensation que mon cœur s’ouvrait. Une vague de chaleur douce et intense m’a envahie au niveau du sternum. J’ai alors ressenti un puissant sentiment de joie comme je n’en ai jamais ressenti.

Je me suis mise à pleurer. Pleurer de joie.

J’ai découvert ma Mission de vie.

J’en étais convaincue, ce que j’étais en train d’entreprendre n’était pas juste des actions qui allaient me conduire à mon épanouissement personnel.

Il s’agissait de quelque chose de plus grand que mon épanouissement. C’était ma Mission de vie, mon objectif de vie, ce pour quoi je suis sur terre.

Toute ma vie a pris un sens!

C’était une évidence.
En très peu de temps, toute ma vie a pris un sens.
J’ai vu défiler chaque moment. Les bons et les mauvais.
Tout était parfait.
J’ai tout accepté et tout pardonné.

Tous ces événements m’ont conduit à ce que je suis devenue aujourd’hui.

Tous mes doutes se sont envolés.
Toutes mes craintes ont disparu.
J’en étais certaine. J’étais là où je devais être.
J’ai vécu ce qu’il fallait que je vive pour grandir et pouvoir prendre conscience que j’ai un rôle à jouer.

Toi aussi tu as un rôle à jouer dans cette vie.

Peut-être le sais-tu déjà.
Peut-être t’éveilles-tu tout doucement.
Peut-être ne peux-tu pas encore imaginer une telle chose.

Accepter.

J’ai eu un peu de mal à accepter l’idée d’avoir une âme vouée à une mission sur terre.
J’ai un esprit très cartésien et très scientifique.
Je ne crois que ce que je vois.

Trouver de sa mission de vie et accepter sa spiritualité (femme tenant une motte de terre avec une fleur poussant dedans)

Tu l’auras compris, la spiritualité, c’est un concept nouveau dans ma vie.
Je ne sais pas encore très bien qu’en faire pour l’instant.
Je lis beaucoup sur le sujet.
Certaines choses me parlent, d’autres moins.

En même temps, il m’est à présent impossible de faire comme si de rien n’était.

Et si j’en avais toujours eu conscience?

La vie a parfois été compliquée pour moi.
Mon enfance n’a pas été des plus joyeuses (maltraitance, harcèlements).
Qui plus est, je suis une hypersensible. Cela implique que chaque événement négatif était vécu comme un tsunami intérieur.
À l’adolescence, j’ai eu pas mal d’idées noires.

Je me souviens de ce qui m’a fait tenir.

Au fond de moi, je savais que quelque chose de meilleur allait arriver.
J’étais persuadée que j’avais quelque chose d’important à accomplir une fois que je serai adulte.
J’étais convaincue que j’avais un rôle à jouer.
Je ne devais pas abandonner.

Il faut avouer que j’avais perdu de vue cette idée.
Se créer un statut social et avoir un salaire confortable avait finalement pris le dessus sur la quête de mon rôle à jouer dans ce monde.
Tout ceci ne paraissait plus qu’un lointain rêve d’enfants …

Renouer avec cette idée me remplit d’énergie.
Tout à coup, tout semble possible.
C’est un peu comme si je me réveillais.
À présent, je vis chaque journée en ayant confiance en l’avenir.

Ma vie ne sera plus jamais la même. Et tant mieux!

Ma mission de vie

Je sais qui je suis et j’accepte de me dévoiler afin de m’engager sereinement dans ma Mission de vie.

Le faux self est un peu ma spécialité. (cela aussi j’aurai l’occasion de t’en parler dans un autre article. Je t’avais prévenue! Cet article n’était pas vraiment au programme 😉 )
À partir d’aujourd’hui, j’ai décidé de me montrer telle que je suis.
Cela ne sera pas simple.
Cela m’effraie.
Mais comment prendre le chemin de ma Mission de vie en étant quelqu’un d’autre ? Impossible.

Aujourd’hui, je n’ai plus d’autre choix que d’être moi-même.
Je sors de ma zone de confort. Je me dévoile et me mets à nu.

À présent, ma vie ne sera plus jamais la même.
Et c’est tant mieux!

Et toi ? Quel est ton ressenti par rapport à ta mission de vie?

PS : si tu le souhaites, laisse-moi un commentaire sous cet article. J’ai hâte d’échanger avec toi sur le sujet. Tu peux également t’inscrire ci-dessous afin d’être informé de la prochaine publication. D’ici le prochain article prend bien soin de toi et surtout, écoutes-toi ♥

Categories:

8 Responses

  1. Bonjour
    Ton article me parle tellement je pense que je suis en plein changement intérieur alors j’ai beaucoup de haut et de bas. Je suis quelqu’un de très emotionnelle et anxieuse qui n’a jamais finit ce quelle commencer. Aujourd’hui cela fait 1 an presque 2 que je réfléchis à ma vie et cette transition je sais quelle est essentiel pour comprendre ou je vais et surtout comprendre ma mission de vie. Bloquer par mes peurs j’apprend à les accepter et les changer une par une. Car depuis mes 7 ans j’ai vécu dans l’angoisse et la peur. Depuis mon travail sur moi même je sent que un grand changement est en train de se faire et que les réponse seront binetktla quand je serais prête. Dans 1 an je reprend l’école un truc que jaurais jamais osez faire peur du changement et de l’échec. Mais on a qu’une vie et tomber sur cet article est sûrement une réponse à ma question. J’ai une addiction au achat depuis une éternité aujourd’hui je dépense toujour mais bcp moins et différemment. Je sent un combat pour l’environnement et pour être en accord avec moi même. Gratitude pour cet article
    Charlene

    • Bonjour Charlene,
      Merci beaucoup pour ce partage. Effectuer le premier pas vers un changement intérieur c’est déjà tellement un grand pas en soi. Il serait tellement plus simple de continuer à faire les choses comme on les a toujours faites, sans se poser de questions.
      Travailler sur ses peurs et sur ses croyances c’est un excellent moyen de débloquer petit à petit qui l’on est. C’est très désagréable sur le moment mais quel soulagement une fois libérée de ce poids!
      Comme toi, j’ai été acheteuse compulsive. Je remplissais ma vie de petits bonheurs futiles qui procurent un sentiment de joie mais tellement éphémère.
      Félicitation pour ton retour sur les bancs de l’école. En voilà encore une décision courageuse qui démontre que tu as pris ta vie en main.
      Je te souhaite de continuer à t’épanouir et espère te relire bientôt sur le blog.
      Natacha

  2. Bonjour
    Je suis en arret pour un burn out et jeme suis interessee au developpement personnel . Mon eveil de conscience s est fait un matin en ecoutant des paroles de corinne sombrun sur le chamanisme, j ai ecoute des chants chamaniques par curiosite et la mon corps s est mis a faire des mouvements que je ne comprenais pas!! . C etait a la fois stimulant et inquietant pour moi, depuis j ai lu et visionne des videos sur la toile pour mieux appréhender ce qu il m arrivait. On m a parle d eveil de conscience, de guerison avec ces mouvements et je me dis aussi s il y a un lien avec ma mission de vie..j ai decouvert que l on avait plusieurs missions de vie a priori: l aventurier, l enfant interieur, la femme d affaires,..bref plusieurs facettes en soi…je suis aussi hypersensible, empathique, heureuse d aider…mais j ignore encore ma mission de vie..

    • Bonjour. Merci pour ce magnifique témoignage. Vous avez éveillé ma curiosité sur le chamanisme dont j’entends de plus en plus parler. Je pense que la découverte de soi et l’acceptation de soi fait partie de notre mission de vie. Une fois ces deux éléments intégrés, il faut se laisser porter parce qui nous anime. Avez-vous lu mon article sur « la petite fille trop gentille ». Pendant longtemps j’ai cru que l’empathie et la sensibilité étaient des défauts, je les effaçais au maximum. À présent, je suis persuadée qu’il s’agit là de qualités à cultiver et affirmer. Le monde ne s’en portera que mieux. Je vous souhaite le meilleur dans votre chemin de vie. Au plaisir de vous lire prochainement. Natacha

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez-moi sur
Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rendez-vous par téléphone
%d blogueurs aiment cette page :